Maison de la Musique de Nanterre

Grande soirée éthiopienne

Grande soirée éthiopienne

Théo Ceccaldi Kutu
Akalé Wubé & Girma Bèyènè

Maison de la musique

Double plateau en altitude pour saluer Addis-Abeba (2 500 m) et les musiques d’Éthiopie aujourd’hui. Avec Théo Ceccaldi et les chanteuses du Jano Band, puis Girma Bèyènè, le revenant de la scène éthio-jazz.

Théo Ceccaldi Kutu

KUTU est né de la rencontre à Addis Abeba du musicien Théo Ceccaldi et de deux voix fusionnelles, celle des chanteuses éthiopiennes Hewan G/Wold & Haleluya T/Tsadik. Un voyage au coeur des nuits fiévreuses d’Addis underground 2020, où la jeunesse hyperactive s’empare des musiques ancestrales pour mieux s’en affranchir. À partir de poèmes d’aujourd’hui, de collectage de rythmiques tribales, Théo Ceccaldi imagine un set tellurique où se croisent improvisation, et envolées vocales, soutenu par une rythmique puissante et un line up à la vitalité contagieuse : claviers électro-cosmiques, basses hypnotiques, danses exaltées et voix stellaires...

Un combo éthio-transe incandescent, où la liberté du jazz se mêle à la profondeur brute des sons azmaris.

Voix Hewan G/Wold et Haleluya T/Tsadik
Violon Théo Ceccaldi
Basse, violoncelle Valentin Ceccaldi
Claviers, électronique Akemi Fujimori
Batterie Cyril Atef
Son Mathieu Pion
Lumière et régie générale Rachel Simonin 

 

Production Brouhaha, Full Rhizome. Coproduction : Maison de la musique de Nanterre, Africolor, Festival Jazz sous les pommiers
Partenaires Alliance Française d’Addis-Abeba, Théâtre des 4 saisons – Gradignan. Aides spectacle ONDA, DRAC Ile-de-France, Adami, Spedidam, CNV. Théo Ceccaldi est artiste associé au Théâtre municipal de Coutances et au festival Jazz sous les pommiers

Théo Ceccaldi est artiste associé à la Maison de la musique de Nanterre

 

 

 

Girma Bèyènè & Akalé Wubé

Pianiste, percussionniste, compositeur et arrangeur plus prolifique encore que le légendaire Mulatu Astatqé, Girma Bèyènè est aussi plus pop, plus électrique et plus funky. Il a mené l’aventure du Swinging Addis des Sixties avec son complice le chanteur Alèmayèhu Eshèté – lui-même invité de la Maison de la musique en 2010.
À Addis, gros succès populaire, jusqu’à ce que le coup d’État de 1974 impose une révolution qui n’aime plus la musique. Après l’exil rocambolesque aux États-Unis, après le deuil de Tseguiyé, sa « reine » et vingt ans de silence, Girma Bèyènè remontait sur scène. Chez nous, il réinvente le groove avec Akalé Wubé, groupe de jeunes musiciens français biberonnés aux Éthiopiques, la fameuse collection discographique dont le 30e volume lui est consacré.

Chant Girma Bèyènè
Saxophone, flûtes Étienne de la Sayette
Trompette, percussion, krar Paul Bouclier
Guitare Loïc Réchard
Basse electrique Oliver Degabriele
Batterie Tao Ehrlich
Son Pierre Dachery

 

Dans le cadre du festival Africolor

Samedi 13 novembre à 20h30

Acheter en ligne
Tarifs

De 5 à 25 €

Partager

Notre site utilise des cookies à des fins de mesure d'audience.

Accepter refuser En savoir plus

Cookies de performance et de mesure d'audience

Nous recourons aux cookies de performance et de mesure d'audience pour analyser la manière dont vous utilisez le Site web.

Nous conservons votre choix pendant 13 mois

Accepter refuser