Maison de la Musique de Nanterre

Objectif Lune

Imaginé autour de la création de Cosmos 1969, Objectif Lune est une invitation à plonger dans l’immensité de l’espace et à en saisir la beauté, la poésie et le mystère. Ce temps fort mêle spectacles musicaux, installations numériques, art contemporain, cinéma et rencontres artistiques et scientifiques : dans une diversité de propositions, il ouvre de passionnantes perspectives, à la fois infinies et vertigineuses.

Objectif Lune s’inscrit dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris / Île-de-France. Consacrée aux nouvelles formes esthétiques à l’âge du numérique (art contemporain numérique, musiques audiovisuelles, spectacles vivants technologiques, créations hybrides et innovantes et relations arts-sciences), la deuxième Biennale Némo se déroule du 4 octobre 2017 au 31 mars 2018 dans une cinquantaine de lieux franciliens. www.biennalenemo.fr

Objectif Lune est une production de la Maison de la musique de Nanterre, en coproduction avec Arcadi Ile-de-France et en association avec l’Avant-Seine / Théâtre de Colombes.

Ce temps fort associe l’Agora, maison des initiatives citoyennes, le Cinéma Les lumières, la Saison Jeune Public et le Conservatoire.
Plusieurs établissements scolaires sont également associés parmi lesquels le lycée Joliot-Curie et le lycée des Pierres Vives de Carrières-sur-Seine.

- Voyage au centre de l’oreille, spectacle de Thierry Balasse, à voir en famille dès 5 ans, proposé par la Saison Jeune Public.
     Mercredi 8 novembre à 15h30 à la Salle des Fêtes

- Salon de musique présenté par Armando Balice, artiste et professeur d’électroacoustique au Conservatoire de Nanterre
Vendredi 8 décembre à 19h dans l'auditorium Rameau (Maison de la musique

- Du 6 au 20 janvier, Radio Agora s’installe dans le hall de la Maison de la musique

- Nuit Objectif Lune au Cinéma Les Lumières
Samedi 6 janvier à partir de 20h

Carte blanche à Shani Diluka

De Grieg à Beethoven en passant par Schubert, Shani Diluka est une pianiste classique complète. En quête d’aventures artistiques et humaines, Shani Diluka fait des incursions dans le répertoire moderne et multiplie les collaborations. A l’image de la carte blanche que lui confie la Maison de la musique de Nanterre où elle convie Valentin Erben (le 18 octobre 2017), le Quatuor Ebène (le 8 décembre 2017) et la mezzo-soprano Karine Deshayes (le 28 mai 2018).

A Nanterre, elle soutient activement des actions solidaires au Centre d’accueil et de soins hospitaliers (Piano Cash) et la Maison d’arrêt des Hauts-de-Seine (Piano Break). Elle donne également des mast

  • Musique
  • Classique

Shani Diluka et Valentin Erben

La radieuse pianiste Shani Diluka s’associe au mythique Valentin Erben, violoncelliste du Quatuor Alban Berg, autour des Sonates de Beethoven à l’occasion de la parution d’un nouvel enregistrement.

Le 17-10-2017
Réserver en ligneEn savoir plus
  • Musique
  • Classique

Shani Diluka et le Quatuor Ebène

Shani Diluka navigue libre dans la musique de Brahms, magistralement entourée par les membres du Quatuor Ébène.

Le 08-12-2017
Réserver en ligneEn savoir plus
  • Spectacle
  • Musique

Shani Diluka & Karine Deshayes

Une histoire, une rencontre : La vie et l’amour d’une femme de Robert Schumann, avec la mezzo-soprano Karine Deshayes et la pianiste Shani Diluka.

Le 28-05-2018
Réserver en ligneEn savoir plus

Underground Japan

Au cœur des années 1960/1970, entre crise économique et agitation sociale, le Japon a vu naître des mouvements artistiques radicaux, à contre-courant des us et coutumes de la société.

Pour survivre, les studios ATG (Art Theater Guild) développent une nouvelle nouvelle économie du cinéma : des réalisateurs de la trempe de Nagisa Oshima (L’Empire des sens) y trouvent refuge et des chefs-d’œuvre comme Les funérailles des roses y voient le jour. Dans les années 70, la Nikkatsu échappe à la fermeture en produisant des films érotiques… influencés par la Nouvelle vague. La dimension sociale et politique affleure dans de nombreux films et les artistes résistants dessinent les contours d’une vie artistique marginale et engagée. Tel un âge d’or qui éclôt sans le savoir.

Le butô, danse avant-gardiste née après Hiroshima, survit alors grâce au Kimpun Show, forme de cabaret excentrique. L’inénarrable Akaji Maro, figure phare du théâtre underground et « disciple » du légendaire Tatsumi Hijikata, ressuscite le genre et livre avec Crazy Camel un spectacle d’un autre monde, à la fois onirique et déjanté. Un événement qui va bouleverser les clichés sur ce pays aux mille contrastes.

Une série de rendez-vous autour de sa venue (stage de danse bûto, rencontre avec Akaji Maro, cinéma underground) offre l’occasion de plonger dans ce Japon underground. Le Cinéma Les Lumières propose une nuit consacrée au cinéma japonais (le 9 décembre à 20h). Et pour réconcilier les deux extrêmes, quoi de mieux que du thé vert et des douceurs culinaires.

Une semaine avec François Chaignaud

Imprévisible et envoûtant, François Chaignaud surprend à chacune de ses apparitions sur scène. Avec sa complice Cecilia Bengolea, il a créé ces dix dernières années des pièces - dont Twerk, Le tour du monde des danses urbaines en dix villes, Dub Love présentées à la Maison de la musique - qui ont marqué la création chorégraphique.

Danseur et chorégraphe insatiable, François Chaignaud est un artiste sans limites qui mêle recherche, improvisation et rigueur chorégraphique.

  • Danse
  • Contemporaine
  • Musique baroque

CréationRomances inciertos, un autre Orlando
François Chaignaud et Nino Laisné

François Chaignaud incarne deux figures de la tradition espagnole : La Doncella Guerrera, fille guerrière, et La gitane Tarara. Romances inciertos conte l’évolution de leurs aventures en écho aux mutations sociales. Ces histoires ont inspiré les musiciens de tous siècles.

Le 22-12-2017
Réserver en ligneEn savoir plus
  • Danse
  • Contemporaine

Dumi Moyi
François Chaignaud

François Chaignaud nous envoûte de ses chants et de sa danse. Dumy Moyi fait référence aux rites sacrés de l’Inde. Les spectateurs encerclent le danseur pour vivre l’expérience troublante d’un nouveau rituel incantatoire.

Du 19-12-2017 au 20-12-2017
En savoir plus

Création et résidences d'artistes

TM+, ensemble orchestral de musique

"Compagnie à rayonnement national et international"
En résidence à la Maison de la musique de Nanterre depuis 1996


Composé de 21 musiciens auxquels se joignent chaque saison une quinzaine d’instrumentistes, TM+ travaille depuis 30 ans à l’élaboration d’une approche exigeante et approfondie de l’interprétation des œuvres du XXe siècle et d’aujourd’hui et multiplie les collaborations autour de projets pluridisciplinaires audacieux. Un travail de création qui s’accompagne systématiquement d’actions culturelles à destination de tous les publics.
Cette saison, TM+ mêle jazz et musique contemporaine (Les Rayures du Zèbre), invite à un Voyage de l’écoute (Rouge Mineur), propose un concert coup de poing (Troisième Round) et fait chanter un choeur d’adolescents (Désarmés).
Laurent Cuniot vous invite à des conversations musicales de octobre 2017 à janvier 2018.
www.tmplus.org

 

Thierry Balasse - cie Inouïe
Depuis 1999, Thierry Balasse et la compagnie Inouïe explore les sentiers sonores et de l’écoute. La Maison de la musique de Nanterre les accompagne depuis 2013 en coproduisant et créant La Face cachée de la Lune et Concert pour le temps présent. Elle coproduit Cosmos 1969, présenté du 12 au 20 janvier 2018. Ce spectacle musical est accueilli en résidence de création du 23 octobre au 4 novembre 2017. www.inouie.co

operact
operAct a pour vocation la production et la diffusion de spectacles vivants et l'ambition de renouveler la relation entre l'art lyrique et son public. Stefan Grögler et Gaëlle Mechaly, metteur en scène et chanteuse lyrique créent des spectacles à mi-chemin entre le théâtre musical et l’installation d’art contemporain.
En résidence de création à la Maison de la musique du 23 octobre au 4 novembre 2017, operAct présentent Kouples, les 24 et 25 novembre 2017 

Bintou Dembélé - Cie Rualité
Pionnière de la danse hip hop, Bintou Dembélé, à la tête de la compagnie Rualité depuis 2002 puise son inspiration dans les mémoires corporelles. Dans son nouveau spectacle, Les damné.es de la terre (4 et 5 mai 2018), elle s’interroge sur les questions d’identité et de la place de chacun dans la société. Elle est en résidence de création à la Maison Daniel-Féry, du 23 au 30 avril 2018.

Philippe Almeida
Depuis le collectif Pro Phenomen au sein duquel il a longtemps dansé, Philippe Almeida, dit Physs participe en 2016 à l’inauguration de la Canopée (Halles de Paris) à l’invitation de Benjamin Millepied et est engagé dans un travail au long cours avec le Jeune Ballet Européen.
Après Boots en 2015, pièce reprise le 2 décembre dans le cadre de la saison Jeune Public, il revient aux Premières Scènes Hip-Hop en décembre 2017 avec un nouveau spectacle en répétition à la Maison Daniel-Féry du 6 au 10 novembre. A l’invitation de Dominique Daigremont et des Goûts Réunis, il s’aventure dans la musique de Joseph Haydn avec La Création (13 et 14 avril 2018).

Shani Diluka
De Grieg à Beethoven en passant par Schubert, Shani Diluka est une pianiste classique complète. En quête d’aventures artistiques et humaines, Shani Diluka fait des incursions dans le répertoire moderne et multiplie les collaborations. A l’image de la carte blanche que lui confie la Maison de la musique de Nanterre où elle convie Valentin Erben (le 18 octobre 2017), le Quatuor Ebène (le 8 décembre 2017) et la mezzo-soprano Karine Deshayes (le 28 mai 2018).
A Nanterre, elle soutient activement des actions solidaires au Centre d’accueil et de soins hospitaliers (Piano Cash) et la Maison d’arrêt des Hauts-de-Seine (Piano Break). Elle donne également des masterclass au Conservatoire.